Réforme de la formation


    Pour nous, organismes de formation, 2015 sera l’année de la transition et de l’adaptation à la Loi de 2014.
    Une enquête d’Opcalia montre que 75 % d’entre nous connaissent partiellement la réforme, 17 % estiment la maîtriser parfaitement, et 8 % pas du tout...

    Y a du boulot !

    Surtout que, très naturellement, les clients se retournent vers nous pour nous questionner et que nos stagiaires sont souvent perdus, eux aussi.

    C’est surtout pour les salariés que le challenge est grand. Nous constatons tous les jours, à quel point ils sont souvent éloignés de ces préoccupations, que peu d’entre eux voient dans la formation un moyen de se maintenir dans l’emploi, et encore mieux, d’évoluer. L’échec relatif du DIF a laissé des traces.

    Jusqu’à présent, l’entreprise obligée de dépenser, puisait dans les catalogues de formation ; certains organismes se sont spécialisés sur les formations éligibles au DIF.
    Première incidence de la réforme et de l’arrivée du Compte Personnel de Formation, les formations certifiantes et qualifiantes seront privilégiées. Nous sommes pour notre part dans l’attente d’en savoir plus sur les listes de formations éligibles au CPF : en plus des formations et certifications inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), les certificats de qualification professionnelle de branche (CQP), le socle de connaissances et compétences, d’autres listes vont paraître par décret.

    Re définir l’action de formation ?
    Les OF devront revoir les modalités pédagogiques utilisées jusque-là. En supprimant la notion de "dépenses imputables" sur le budget formation des entreprises, la réforme débouche sur une plus grande souplesse dans la définition de ce qu’est une action de formation. On pense aux formations à distance, aux MOOCS répondant à une demande de la part des entreprises, ou au tutorat, au coaching…

    Autre chantier d’importance : l’accompagnement des salariés dans leur apprentissage. Si les catalogues de formations sont finis, si les groupes de stagiaires sont « has been », l’heure serait à l’individualisation. Ceci favorise les « bons » niveaux, ce qui n’ont pas de difficulté d’apprentissage. Mais quid des autres ? Comment faire pour ne pas laisser les salariés tous seuls, face à leurs ordinateurs ?

    A nous aussi de repenser notre travail et nos outils de pédagogue.
    Nul doute que cette année 2015, nous reviendrons souvent sur cette réforme de la formation qui n’a pas fini de faire parler d’elle et de nous …


    Navigation

    Articles de la rubrique

    • Réforme de la formation