Promouvoir un manager

Encadrer une équipe d’anciens collègues : une gageure ?

    Le cadre, nommé à la tête d’une équipe dont il était le collègue, peut être désemparé face à des collaborateurs qui n’acceptent pas facilement cette promotion.
    Cette situation est fréquente, principalement dans les entreprises ou administrations qui favorisent la promotion en interne. Fort à parier qu’avec l’allongement des carrières, cette situation sera de plus en plus fréquente.
    La situation comporte tout de même quelques avantages : l’équipe connaît les qualités et les défauts de son cadre. Mais le nouveau promu doit redoubler de prudence parce qu’il a un passé commun avec son équipe.

    Préparer sa promotion
    Pour ne pas sembler injuste ou arbitraire, la nomination au poste de cadre doit être préparée longtemps à l’avance. A cet égard, le collaborateur qui intègre cette évolution dans son plan de carrière doit le montrer à ses collègues en assumant des responsabilités pour des missions de remplacement, par exemple ; ainsi, sa désignation à la tête de son équipe, au bout d’un certain temps, apparaît tout à fait légitime, aussi bien aux yeux de la hiérarchie que par rapport à l’équipe elle-même.

    Éviter les pièges affectifs

    Face à d’anciens collègues, on peut par peur de déplaire, manquer d’autorité ou tout simplement, être désapprouvé par un effet de jalousie. Plus les gens vous sont liés, plus c’est compliqué. Il faut trouver un juste milieu entre laxisme et fermeté. L’important est de rester soi-même, tout en adoptant une certaine réserve. Si dans le service, tout le monde se tutoie, il faut continuer à le faire et les promotions internes n’y changent rien. Bénéficier d’une promotion implique de changer de travail et de méthodes, mais surtout pas de comportement au quotidien.
    Et c’est bien là que se situe la principale difficulté à laquelle se heurte le “nouveau-chef-de-ses-ex-collègues” : la peur de déplaire à une équipe dont il sait qu’elle l’attend au tournant… côté relationnel.

    Savoir déléguer
    La difficulté la plus fréquente est le cadre qui ne sait pas déléguer. Être cadre ou manager signifie faire faire et non plus tout faire soi-même. Il peut y avoir aussi une difficulté à imposer ses méthodes de travail par peur d’être mal jugé. Un seul remède : consulter son équipe dès sa prise de fonction, de préférence, en entretien individuel.
    A la prise de poste il est important d’exposer ses méthodes de travail, ses objectifs puis d’expliquer à chacun ce que l’on attend. Lors des entretiens individuels, il est important aussi de consacrer un temps égal à tous, pour ne pas mettre en avant des relations plus privilégiées avec l’un qu’avec l’autre.

    Trouver son style
    Les posture à adopter varient en fonction du secteur d’activité et des circonstances dans lesquelles s’est déroulée la promotion. Avec l’expérience, chaque personne trouve son style de leadership qui est toujours un subtil mélange de directive, d’écoute et de dialogue. Il faut donner du temps au temps, c’est de cette façon que l’on prouve sa compétence et son mérite. Il serait tentant d’imaginer qu’il existe des recettes toute faite pour trouver sa place, mais la réalité est plus